Culture et communication en Provence

Vous êtes ici : Accueil du site > Edition, technique et informatique > Réalisez un détecteur EJP
Publié : 3 janvier

Réalisez un détecteur EJP

La tarification EJP

Il existe une tarification "Electricité de France" (EDF) appelée EJP (Effacement Jours de Pointe) qui consiste à faire payer l’électricité à un prix avantageux toute l’année, nuit ou jour, sauf 22 jours de pointe en hiver où le kilowatt/heure est facturé très cher de 7 heures du matin à 1 h du matin, pour que les gens soient dissuadés de consommer. La période de nuit opposée, entre 1 h du matin et 7 h du matin n’est donc jamais en tarification EJP. Le compteur est déclenché par des signaux numériques nommés "Pulsadis" à 175Hz sur les lignes du réseau électrique. Ce système qui a une trentaine d’années est pour l’instant toujours en service, on peut penser qu’il deviendra obsolète si le système de compteur Linky est généralisé mais ce n’est pas le cas pour l’instant.
Cet abonnement EJP est encore disponible pour ceux qui y ont souscrit mais n’est plus proposé. A la place c’est le tarif tempo, entre autres, qui est proposé.

Comment couper automatiquement des circuits gros consommateurs d’énergie aux heures de pointe
Je possède ce tarif EJP sur mon compteur, avec une sortie de fils qui permet à la fois d’allumer une lampe d’avertissement pour limiter la consommation les jours EJP, et de commander un relais pour arrêter le courant de façon à différer le démarrage de certains appareils comme lave-linge, lave vaisselle, chauffage...
Par contre je voulais aussi avoir dans une autre pièce une prise de courant qui puisse se couper à l’arrivée du courant EJP. Il y avait bien une solution qui serait de tirer un câble depuis le compteur ou bien de retransmettre le signal par un émetteur-récepteur genre « bouton de sonnette » mais c’était compliqué.
En cherchant sur les forums je me suis aperçu que beaucoup de gens se posaient la même question mais que la compréhension du problème n’était pas évidente.
D’autre part il existe bien des boitiers de détection réalisés par de grandes firmes mais ils sont relativement chers : plusieurs centaines d’Euros et pas toujours disponibles.
J’ai finalement découvert et réalisé avec succès un détecteur proposé par Matthieu Benoit sur son site, vous en trouverez la description ci-dessous.

Un détecteur EJP facile à réaliser
Matthieu Benoit décrit sur son site un détecteur extrêmement simple à réaliser et parfaitement efficace. Il se base sur un microcontrôleur à 20 broches, le ST62T10 dont il donne la programmation, il peut fournir également le circuit tout programmé et le montage en kit ou bien entièrement monté au choix.
Son montage se trouve sur ce lien.
http://matthieu.benoit.free.fr/pulsadis.htm

Le circuit ST62T10/T20 datasheet
http://www.mouser.com/ds/2/389/st6220c-1003884.pdf

Matthieu Benoit propose plusieurs versions de son circuit. J’ai monté ces deux versions et elles ont fonctionné du premier coup.
- La version AB3A
Ce circuit permet seulement de visualiser les signaux envoyés par EDF, autrement dit :
Il détecte et affiche par un clignotement des led vert et rouge le signal d’avertissement envoyé la veille entre 14h et 17h pour annoncer le courant EJP pour le lendemain. Ensuite il détecte de démarrage de la période EJP le jour même par un allumage de la led rouge. Lorsque on est en tarif normal c’est la led verte qui s’allume sauf s’il y a une annonce de tarif EJP pour le jour suivant.
- La version H
Cette version permet de commander un relais. Sur cette version à l’arrivée du courant EJP la led verte s’éteint et le courant de commande apparaît sur la patte 18 du circuit.

Le problème éventuel des coupures de courant
A noter que ce circuit est susceptible de perdre l’information en cas de coupure de courant, ce qui est quand même rare. Le cas échéant il est facile de créer une alimentation « tampon ». En effet le circuit s’alimente par une tension comprise entre 3 et 6 volts. Si on règle la tension d’alimentation à 4 volts, on peut rajouter entre le +4 volts de l’alimentation et la masse une batterie lithium-ion. On n’a pas besoin d’une batterie de forte capacité car le circuit a une faible consommation, une batterie bouton de type LIR2450 par exemple conviendrait. L’alimentation de cette batterie par une tension ne dépassant pas 4 volts lui donne une durée de vie sensiblement plus étendue que si la tension monte à 4,2volts. Il faudra vérifier quand même que l’alimentation n’a pas un débit d’intensité trop important pour rester compatible avec les normes de charge de la batterie. Sinon on peut intercaler un module vendu sous l’appellation « Lithium battery charging board. »
Sur le schéma donné par Matthieu Benoit la tension d’alimentation est dérivée du secteur par un double condensateur en série, on peut aussi utiliser une alimentation miniaturisée à sortie USB de 5 volts. Au besoin on peut ajuster la tension de sortie de ces alimentations en modifiant à l’intérieur le pont diviseur qui crée la tension de référence.

Le test des circuits détecteurs EJP
Une fois le circuit relié au secteur,

- Dans la version AB3A la diode led rouge s’allume brièvement puis la led verte s’allume en continu.

- Dans la version avec relais il n’y a qu’une led verte qui s ‘allume puis qui s’éteint à la détection du signal de début de tarif EJP.
Pour vérifier la détection de l’EJP au cas où on n’est pas dans une période EJP, Matthieu Benoit fournit des enregistrements des trames que l’on peut superposer au courant secteur comme indiqué sur son site.
Pour que l’amplificateur qui envoie le signal ne communique pas avec le secteur il faut soit un transformateur d’isolation secteur 220-220 volts, soit un transformateur de modulation isolateur à mettre à la sortie de l’amplificateur.